VIVE LA FRANCE

Nous vous invitions à venir découvrir, du 1er au 26 octobre 2013, l’exposition « VIVE LA FRANCE » dans le Village Royal.

Des oeuvres de Franck Scurti, Didier Marcel et Didier Faustino y sont présentées en partenariat avec la Fondation d’Entreprise Ricard et la Galerie Michel Rein.

Franck Scurti propose What is public sculpture? # 5, œuvre taguée et recouverte de graffitis. Il a créé cette sculpture à partir des règles des différents styles du XXe siècle tandis qu’il a fait reproduire à l’identique des tags et des graffitis prélevés dans l’espace urbain. Dans le même temps, l’observation minutieuse de la sculpture – expérience peu habituelle quand il s’agit d’œuvres d’art public – à laquelle nous pouvons ici nous prêter, nous amène à interroger la notion d’auteur, l’origine et le rôle de la signature, le tag par définition en étant une. Interrogations qui ne sont pas nouvelles dans l’art, surtout contemporain, mais qui ont toute leur pertinence à l’époque d’Internet.

Franck Scurti est né en 1965 à Lyon, il vit et travaille à Paris. Si l’on pouvait lui dégager une paternité, Franck Scurti se réclamerait aussi bien de l’art conceptuel que de la poésie de Fluxus qui lui ont «appris à regarder les objets, à les analyser, à les perdre en eux-mêmes, puis à les réévaluer». Son travail, inspiré de la réalité quotidienne et de l’actualité internationale, tire parti des formes produites par l’univers de la consommation et de la civilisation urbaine. Son travail a été récemment exposé au Musée d’art contemporain de Strasbourg, au Moderna Museet, Stockholm, au Grimaldi Forum de Monaco ou encore à la Nuit Blanche de Toronto (2013).

Didier Marcel est né en 1961, il vit et travaille à Dijon.Il emprunte au réel, sculpte sur nature, et développe un rapport très personnel à la banalité, à tout ce qui se fond dans le paysage. Ces Cervidés stylisés sont réalisés à partir de structures en fer à béton soudé, un matériau brut utilisé dans les structures de construction.Didier Marcel a été lauréat du premier Prix de la Fondation d’entreprise Ricard en 1999. Plusieurs expositions personnelles lui ont été consacrées, notamment au MAMCO de Genève (2005), au Musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg (2006), au MUDAM Luxembourg (2009) ou dernièrement au Château d’Oiron (2013).

Didier Faustino est né en 1968 en France , il vit et travaille entre Paris et Lisbonne. The Wild Things trous de ver modélisés en feuillard de châtaigniers, s’inscrivent dans la suite d’un projet auguré au Japon avec des artisans experts du bambou. Autre lieu, autre technique, autre culture… De l’absurdité de fabriquer une reproduction mathématique à l’aide de produits naturels si ce n’est pour mieux jouer du trium viral cher à Faustino : art, artisanat, architecture. Caractérisés par leur dimension fictionnelle, leur regard critique, leur affranchissement des codes et leur capacité à offrir des expériences inédites au corps individuel et collectif, plusieurs de ses projets sont entrés dans les collections de grandes institutions : MoMA, Centre National des Arts Plastiques, Fond National d’Art Contemporain, Musée National d’Art Moderne / Centre Georges Pompidou.

Commissaire : Patricia Keever